:::: MENU ::::

Le tour de France ULM dérouté à cause de la météo : 130 engins atterrissent à Gandalou

Articles de presse

Le tour de France ULM dérouté à cause de la météo : 130 engins atterrissent à Gandalou

C’est un ballet plutôt surprenant que les badauds ont pu apercevoir, mardi après-midi, dans le ciel de Gandalou. 130 ULM se sont, en effet, posés sur la piste du petit aérodrome castelsarrasinois.

Une escale qui n’était pas du tout au programme du tour de France ULM, mais qui a été contrainte, en raison des conditions météorologiques prévues pour se rendre à Saint-Girons, étape initialement prévue. Un événement qui a suscité la curiosité de nombreux voisins et passants qui sont ainsi venus apprécier le spectacle qui s’offrait à eux.

Une grande fierté pour l’aéroclub

Cette venue inattendue, et qui s’est organisée à la dernière minute n’a pas découragé les bénévoles de l’aéroclub Castel-Moissac qui était sur le pied de guerre pour accueillir les 270 personnes que compte la caravane du tour ULM.

“Ils ne font qu’une halte pour ravitailler, manger, et ils repartent ensuite vers Aire-sur-Adour” a confié Robert Dousse, président de l’aéroclub, très fier d’accueillir ces équipages, “c’est une grande fierté et ça promotionne l’aérodrome de Gandalou.”

Son vice-président, Christophe Belloc, n’était pas peu fier non plus, “c’est très important de montrer que la plateforme de Castelsarrasin permet de recevoir la circulation aérienne et que nous pouvons accueillir, comme aujourd’hui, 130 ULM. » Le bras droit de Robert Dousse qui complète, “cet événement montre tout ce qu’on peut faire Gandalou pour l’aéronautique.”

S’ils ont investi les pistes de l’aérodrome, aucun travail supplémentaire n’a été nécessaire pour l’accueil de ces 130 appareils. En effet, le tour de France ULM de la fédération française se déplace en totale autonomie.

Une organisation bien rodée

Trois agents de la Direction générale de l’aviation civile sont même mis à disposition dont deux contrôleurs aériens pour les phases d’atterrissages. De plus, un briefing et un débriefing sont organisés avant chaque départ et après chaque arrivée, pour donner les consignes particulières sur le vol aux différents équipages. Des équipages qui, après avoir fait le plein des appareils, ont volé vers Aire-sur-l’Adoure où les derniers ULM ont atterri peu après 21 heures. Article écrit par Pauline Brassart, La Dépêche du Midi

One Comment

Leave a comment

Contactez-nous ! J'y vais !