:::: MENU ::::

Blog

  • Juil 26 / 2017
  • 1
Articles de presse

Le tour de France ULM dérouté à cause de la météo : 130 engins atterrissent à Gandalou

C’est un ballet plutôt surprenant que les badauds ont pu apercevoir, mardi après-midi, dans le ciel de Gandalou. 130 ULM se sont, en effet, posés sur la piste du petit aérodrome castelsarrasinois.

Une escale qui n’était pas du tout au programme du tour de France ULM, mais qui a été contrainte, en raison des conditions météorologiques prévues pour se rendre à Saint-Girons, étape initialement prévue. Un événement qui a suscité la curiosité de nombreux voisins et passants qui sont ainsi venus apprécier le spectacle qui s’offrait à eux.

Une grande fierté pour l’aéroclub

Cette venue inattendue, et qui s’est organisée à la dernière minute n’a pas découragé les bénévoles de l’aéroclub Castel-Moissac qui était sur le pied de guerre pour accueillir les 270 personnes que compte la caravane du tour ULM.

“Ils ne font qu’une halte pour ravitailler, manger, et ils repartent ensuite vers Aire-sur-Adour” a confié Robert Dousse, président de l’aéroclub, très fier d’accueillir ces équipages, “c’est une grande fierté et ça promotionne l’aérodrome de Gandalou.”

Son vice-président, Christophe Belloc, n’était pas peu fier non plus, “c’est très important de montrer que la plateforme de Castelsarrasin permet de recevoir la circulation aérienne et que nous pouvons accueillir, comme aujourd’hui, 130 ULM. » Le bras droit de Robert Dousse qui complète, “cet événement montre tout ce qu’on peut faire Gandalou pour l’aéronautique.”

S’ils ont investi les pistes de l’aérodrome, aucun travail supplémentaire n’a été nécessaire pour l’accueil de ces 130 appareils. En effet, le tour de France ULM de la fédération française se déplace en totale autonomie.

Une organisation bien rodée

Trois agents de la Direction générale de l’aviation civile sont même mis à disposition dont deux contrôleurs aériens pour les phases d’atterrissages. De plus, un briefing et un débriefing sont organisés avant chaque départ et après chaque arrivée, pour donner les consignes particulières sur le vol aux différents équipages. Des équipages qui, après avoir fait le plein des appareils, ont volé vers Aire-sur-l’Adoure où les derniers ULM ont atterri peu après 21 heures. Article écrit par Pauline Brassart, La Dépêche du Midi

  • Juil 19 / 2017
  • 0
Articles de presse

Encore 100% de réussite au brevet d’initiation à l’aéronautique (BIA)

Les résultats de l’examen du brevet d’initiation à l’aéronautique (BIA) ont récemment été publiés et l’ensemble des élèves de l’aéroclub intercommunal de Gandalou s’étant présenté à l’examen l’ont obtenu avec brio. Une fierté pour leur formateur mais également pour le dirigeant de l’aéroclub qui maintient chaque année cette formation à Gandalou.

Le BIA, quèsaco ?

Le brevet d’initiation aéronautique a pour but de faire découvrir le monde de l’aéronautique et de l’espace. Il permet aux élèves qui le passent de mieux appréhender les différentes filières qui s’offrent à eux dans ce secteur. Évidemment, le BIA est fortement recommandé pour ceux qui rêvent de devenir pilote mais il peut également déboucher sur de multiples métiers comme aiguilleurs du ciel ou technicien chez Airbus. En effet, les cours de BIA qui sont dispensés par Alexandre Deldon permettent aux élèves d’appréhender la météorologie, l’aérodynamisme, la navigation, la réglementation, les facteurs humains ou encore la mécanique du vol : tout un programme. Si ce dernier paraît complexe, une bonne assiduité aux cours de l’aéroclub est la clé de la réussite à ce brevet.

Une passion avant tout

Pour Alexandre Deldon, formateur du BIA qui dispense les cours à l’aéroclub de Gandalou, ce diplôme s’inscrit avant tout dans le cadre d’une passion, «il s’agit du premier pallier dans la vie aéronautique de l’élève, ça ne peut être que valorisant pour sa vie future» indique-t-il. Le maintien de cette formation est essentiel pour Robert Dousse, président de l’aéroclub qui confie, «c’est important car c’est une réelle pépinière et une fierté pour les élèves d’avoir ce diplôme.» Des élèves diplômés qui s’étaient réunis récemment (voir notre photo) autour de Robert Dousse et d’Alexandre Deldon pour une photo souvenir dans le nouvel appareil reçu la veille par l’aéroclub, un avion qui fait déjà rêver les peut-être futurs pilotes diplômés cette année du BIA…

Un nouvel appareil dernière génération

C’est un vrai bijou technologique qui s’est posé sur la piste de l’aérodrome de Gandalou. Arrivé directement de Bredstedt en Allemagne du Nord – à quelques kilomètres seulement de la frontière Danoise – le nouvel appareil de l’aéroclub est enfin arrivé. Attendu depuis plusieurs semaines par ses membres, c’est François Dousse, le fils du président de l’aéroclub Robert Dousse, qui s’est chargé de rapatrier l’appareil, un Breezer 600. Et quel appareil ! En effet, il ne s’agit non plus d’un ULM mais bien d’un avion, ses caractéristiques techniques le classant désormais dans cette catégorie en France. Avec deux places, ce nouvel appareil est un vrai atout technologique avec toutes les dernières nouveautés en matière aéronautique comme le confirme Robert Dousse, très fier de cette nouvelle arrivée, «il s’agit d’un avion nouvel génération avec de nombreuses technologies intégrées qui permettront aux personnes de se former sur ce type d’instrumentation qui mérite une réelle qualification.» Un autre aspect est également visé par l’arrivée de cet appareil : l’ouverture sur l’extérieur avec un meilleur attrait et notamment auprès des jeunes et ça, l’aéroclub de Gandalou, l’a bien compris. Depuis quelques années, l’aéroclub loue les appareils, «c’est le meilleur compromis» indique le président. Un compromis qui permet ainsi à l’aéroclub de rester dans l’air du temps…


L’info en plus

L’Aéro-Club forme des pilotes avion et ULM. Diverses formations sont également dispensées : BIA (Brevet d’Initiation Aéronautique) reconnu par l’Éducation Nationale, le Brevet de Base, le Brevet LAPL, le PPL (Avion) et Brevet ULM.

Des vols découvertes au pilotage sont également proposés. Pour tout renseignement, contacter le 05 63 32 29 78. Publié dans La Dépêche du Midi

Pages :1234
Contactez-nous ! J'y vais !