:::: MENU ::::

A 17 ans, Hinatéa Dalbos veut devenir pilote de chasse

  • Oct 13 / 2019
  • 0
Articles de presse

A 17 ans, Hinatéa Dalbos veut devenir pilote de chasse

Hinatéa Dalbos, 17 ans, lycéenne à Valence-d’Agen, a les pieds sur terre mais aussi la tête dans les nuages. Elle vient d’être lâchée au manche d’un avion de l’aérodrome de Gandalou et vient de rejoindre le lycée militaire d’Aix-en-Provence. Son objectif : devenir pilote de chasse.

Comment vous est venue ce goût pour l’aviation ?

Mon parrain était déjà pilote ici. En le suivant, j’ai eu envie de piloter moi aussi. J’ai passé mon brevet d’initiation aéronautique (BIA), puis j’ai pris des cours de pilotage pour le brevet de pilote privé. J’ai fait un an de cours réguliers et maintenant je suis lâchée sur le Breezer B600 du club, c’est-à-dire que je suis seule aux commandes et mon instructeur me suit à la radio. Il me faudra encore une trentaine d’heures de vol pour obtenir le brevet. Finalement, ça reste très accessible pour tous ceux que ça intéresse. Depuis que j’ai 10 ans, j’ai envie de devenir pilote de chasse.

Pourquoi l’armée, et pourquoi l’aviation de chasse ?

J’imagine que ce sera gratifiant de se sentir réellement utile. La solidarité, l’esprit de famille devraient me plaire également. J’ai eu l’occasion de tester des simulateurs de pilotage de ligne. Mais cela manque de sensations pour moi, il y avait trop de pilotage automatique, je n’ai pas envie de me sentir comme un chauffeur de bus. Et puis être pilote de ligne, c’est être responsable de beaucoup de monde. Je suis rentrée en prépa au lycée militaire d’Aix-en-Provence, pour ensuite passer le concours de l’école de l’Air, la voie royale pour devenir pilote. Mais pour être pilote de chasse, la sélection est difficile. Au pire, j’essaierai de me réorienter vers l’aviation de transport ou les hélicoptères.

Vous faites également du kickboxing à haut niveau?

J’ai fait neuf ans de karaté, mais depuis quatre ans je fais du kickboxing, à Moissac. Les arts martiaux, c’est un peu un hasard pour moi. Je ne trouvais pas ma place dans la danse ou l’équitation, alors mon père a eu l’idée de m’y inscrire, et ça a marché. J’ai même été championne de France cette année. Malheureusement, la prépa ne me laissera pas le temps de poursuivre la compétition. J’espère pouvoir quand même continuer en loisir. Je fais également un peu de natation, du footing pour travailler le cardio, et du surf, en vacances.

Marc Zulian,
La Dépêche du Midi.

Leave a comment

Contactez-nous ! Je veux m'envoler !